Cancer: l’union fait la force

Si l’on parle régulièrement du thème du cancer, on évoque davantage la maladie en elle-même que la réalité concrète des traitements. Or, avant, pendant et après, cette maladie nécessite une prise en charge multidisciplinaire à laquelle le grand public est peu familier.

Lorsque le mot «cancer» est lâché, c’est en premier lieu le généraliste qui reçoit les patientes. Un rôle-clé pour les aiguiller, les accompagner tout au long de ce difficile processus. Ensuite, la prise en charge oncologique révèle de fortes disparités et oblige parfois à de fastidieux allersretours, notamment en radiothérapie.

Pas un, mais des spécialistes
L’exemple du Genolier Cancer Center (GCC), véritable pôle de référence de l’oncologie privée suisse est remarquable à plus d’un titre. Situé au sein de la Clinique de Genolier, ce nouveau centre romand, emmené par les Drs Aapro, Bernier, Kirchner, Fuhrmann, Helg et Horiot, est actif tant au niveau de la sphère O. R. L., que des cancers gynécologiques, digestifs, pulmonaires, hématologiques, etc. L’avantage? «Faire appel non pas à un spécialiste, mais à plusieurs, issus de différentes disciplines: chirurgiens, oncologues, radio-oncologues, radiologues, radiologues interventionnels, hématologues, physiothérapeutes, diététiciens, personnel soignant, etc.», indique le Professeur Jacques Bernier. Des spécialistes qui se réunissent en colloques appelés Tumor boards, et étudient chaque cas attentivement, partagent leurs analyses et expériences. «Cette approche multidisciplinaire, sur un seul et même site, inclut la participation de médecins externes et permet aux patientes de se voir administrer les meilleurs traitements existants sans effectuer de fastidieux déplacements. On obtient ainsi un niveau de soins parmi les plus élevés au monde», s’enthousiasme le Dr Volker Kirchner.

L’équipement fait la différence
A côté des hommes, la qualité de la technologie aussi se révèle décisive. Des appareillages de radiothérapie de dernière génération, tels que le Papillon 50+ dont dispose par exemple la Clinique Générale-Beaulieu à Genève, offrent des avantages significatifs. Le Papillon 50+, indiqué pour les cancers de la peau et du rectum, augmente la précision et la qualité du traitement, sans parler d’une diminution du temps nécessaire et de meilleurs résultats cosmétiques au niveau de la peau. Ce qui n’est pas à négliger quand on est une femme.

Des traitements plus rapides
Pour le cancer du sein également, les techniques évoluent mais restent peu connues. Le Centre du Sein de la Clinique de Genolier, certifié au niveau fédéral, est le premier Centre de clinique privée à disposer d’un IORT – un appareil de radiothérapie intraopératoire qui permet d’effectuer une radiothérapie directement au coeur du cancer, une fois la tumeur ôtée. «Cette nouvelle technologie augmente de manière impressionnante la qualité de vie et le confort des patientes», explique le Dr Pierre- Alain Brioschi, son directeur médical. «On réalise en effet le traitement complet en une seule fois, ce qui diminue les effets secondaires et permet d’épargner totalement la peau. Il est peu fréquent en médecine de trouver une nouvelle technique qui combine une efficacité thérapeutique au minimum comparable à la technique qu’elle remplace, un coût nettement inférieur et une absence de contraintes pour la patiente, telles que de multiples déplacements.»

En conclusion, en cas de suspicion de cancer, ne pas hésiter à se renseigner sur les options disponibles et privilégier une approche multidisciplinaire, gage d’une vision plus large sur la maladie.

gcc.genolier.net
www.genolier.net
www.beaulieu.ch

Leave your Comments