Culture Livres #71

Mieux à faire?
La prudence et l’hiver incitent à bouquiner au chaud: il n’y a rien de mieux à faire… dans tous les sens du terme!

DANS LA VILLE PROVISOIRE
Salué par de nombreux et importants prix pour Là-bas août est un mois d’automne, Bruno Pellegrino s’attache une nouvelle fois au monde de l’écriture avec cette quête (ou traque) d’une traductrice par un jeune homme: admirateur, étudiant en quête de sujet, fétichiste? Il collectionne tout ce qui touche à cette femme mystérieuse, va jusqu’à se glisser dans sa peau, la vampirise presque, intellectuellement et sensuellement. Un voyage étrange, flottant sur l’eau qui cerne son histoire et la ville…
Bruno Pellegrino, Zoé, 2021, CHF 20.–

D’ICI ET D’AILLEURS
Télescopage de l’actualité, on envierait presque ce que Léa considère comme une corvée. Rendre visite à son oncle dans un EMS – c’était «avant»… Mais, carrière faite, la jeune femme a de la peine à renouer avec le monde modeste de son enfance. Peut-on pourtant y échapper, au risque de renier une part de soi-même? Et, vue de l’âge adulte, cette enfance n’a-t-elle pas des choses à raconter? C’est un plaisir de voir que l’écriture d’Abigail Seran a évolué, montrant dans ce roman délicat mais vif une belle maturité de style et de profondeur.
Abigail Seran, BSN Press, 2020, CHF 25.–

LETTRES À MON FILS
Associé à Genève à son fantasque ensemble baptisé (non sans raison) «immeubles des Schtroumpfs», le nom de Hunziker trouve aujourd’hui un écho beaucoup plus sérieux, bien que tout aussi poétique et libéré de la pression des normes. La veuve de l’architecte genevois offre en effet de partager son dialogue intérieur avec son fils Raphaël, brutalement décédé en 2010. Bipolaire au destin tourmenté, cet artiste et passionné de nature révèle, à travers ces Lettres posthumes, une créativité généreuse et ouverte, à laquelle la plume aimante de sa mère rend l’hommage délicat que la vie lui a refusé.
Nicole Hunziker, Le Publieur, 2020, CHF 26.–

ECCE HOMO
«Nouvelles noires» annonce la couverture, et en effet… Mais la plume exacte et la dérangeante lucidité de Louise Anne Bouchard vont de pair avec une intuition subtile de la nature humaine, et une empathie naturelle avec tous ses personnages. Son art habile de la construction, tout en glissements puis ruptures, assure le rythme addictif de ces textes brefs mais intenses, nimbés d’une forme contemporaine de poésie qui dit les failles et les tendresses là où on ne les attendait plus.
Louise Anne Bouchard, L’Âge d’Homme, 2020, CHF 27.30

CHEZ LE VÉTO
Qui n’a jamais accompagné un animal – ou son maître – chez le vétérinaire? La complicité des patients, à deux pattes ou plus, l’angoisse du problème de santé combattue par les échanges de petites histoires, tout ce qui fait la touchante et joyeuse humanité de la salle d’attente se retrouve là, dans ces mini-épisodes drolatiques d’une criante authenticité, souligné avec un humour sans arrière-pensée par l’écrivain-témoin. Laquelle n’a apporté à la consultation que sa plume, manifestement en pleine forme. Délicieux!
Béatrice Guelpa, Favre, 2020, CHF 22.–


EN VENTE DANS LES LIBRAIRIES PAYOT. www.payot.ch

Leave your Comments