Le glaucome, ce voleur de vision

Si le nom de glaucome semble familier, ce que recouvre exactement cette pathologie l’est beaucoup moins. A l’occasion de la Semaine internationale du glaucome dès le 6 mars, Dr André Mermoud du Centre du glaucome de la Clinique de Montchoisi dresse le tableau de cette affection qui menace dangereusement notre vision si elle n’est pas détectée à temps.

Maladie silencieuse et insidieuse de l’oeil, le glaucome rend aveugle s’il n’est pas traité. C’est la première cause de cécité irréversible dans le monde. La maladie se caractérise par une pression de l’oeil trop élevée qui écrase le nerf optique, détruisant peu à peu les fibres nerveuses qui vont de la rétine au cerveau. Le seul moyen de dépistage: un contrôle chez un ophtalmologue. Les contrôles sont à effectuer à partir de 40 ans, tous les trois ans. Pour soigner un glaucome, plusieurs solutions existent: des gouttes, des traitements médicamenteux, des lasers ou de la chirurgie. Ces techniques fonctionnent relativement bien, mais parfois le patient n’est pas à l’abri d’une fibrose du canal de drainage effectué lors de l’opération, que l’on appelle un glaucome réfractaire.

UNE DÉCOUVERTE MONDIALE 100% LAUSANNOISE
«Dans ce cas de figure, précise André Mermoud, nous posons de minuscules tuyaux dans l’oeil pour l’irriguer et permettre à l’eau de circuler depuis l’intérieur vers l’extérieur de l’oeil. Créés il y a 20 ans, ces tuyaux sont relativement épais: d’une longueur d’environ 20 mm, ils drainent parfois trop et causent souvent des complications.» Pour les résoudre, les Drs Mermoud et Stergiopulos de l’EPFL ont mis au point un système révolutionnaire. «Le nouveau dispositif consiste à créer un tube beaucoup plus petit que ceux employés jusqu’ici, qui n’abîme pas la cornée et épouse la forme de l’oeil; et surtout à y incorporer un robinet réglable que l’on peut ouvrir et fermer à volonté pour réguler le flux, cela sans toucher l’oeil.» Cette invention baptisée Glafkos a été élaborée grâce à la collaboration conjointe de l’EPFL, de la Clinique de Montchoisi et de Rheon Medical et sera bientôt disponible dans toute l’Europe.

Dr ANDRÉ MERMOUD
Ancien président de la Société suisse du glaucome, spécialiste incontesté de la chirurgie et ancien professeur associé à l’Hôpital ophtalmique Jules- Gonin, le Dr Mermoud a développé de nombreuses techniques chirurgicales: la sclérectomie profonde en 1994, le tube Ex-PRESS en 2001, et en 2012, en première mondiale, il collabore au développement d’un nouveau principe de lentille intraoculaire polyfocale pour soigner la cataracte. Ce nouvel implant permet de voir de près comme de loin.

CLINIQUE DE MONTCHOISI
Dotée d’équipements de pointe, la Clinique de Montchoisi dispose du plus grand Centre du glaucome en Suisse. C’est un centre d’excellence, pionnier en matière de traitements du glaucome et de la cataracte. La Clinique Montchoisi appartient au groupe Swiss Medical Network.

 

Leave your Comments