Le cuir dans la peau!

C’est qui ?
Prédestinée ou pas, c’est à Carouge, place incontournable de la tannerie et du commerce du cuir au XVIIIe siècle, que Chris Murner, maroquinière de son état, voit le jour. Ferronnier d’art, son père lui transmettra la noblesse et le goût du travail bien fait. A 15 ans, la jeune fille en quête d’un apprentissage franchit la porte d’un atelier de maroquinerie et est immédiatement séduite par l’odeur suave du cuir dont elle dit encore ressentir l’effet! Après sa formation, la jeune fille oeuvre trois ans aux côtés du maroquinier avant de concrétiser ses rêves d’indépendance. A 21 ans, elle dégotte un petit atelier et réalise ses propres créations avant de revenir aux fondamentaux. A Paris, elle suit une formation de styliste et joue les rats de bibliothèque au Musée de la Mode dont elle feuillette (presque) toutes les archives, puis revient à Genève plus décidée que jamais à installer son nouvel atelier-boutique. Alors que la tendance genevoise est aux classiques sacs en croco à fermoir doré, la créatrice inspirée par le mouvement cubiste, dont elle fait une signature, invente des modèles qui vont bousculer les habitudes. Jouant avec les couleurs et les lignes géométriques, Chris ose toutes les associations et «construit» des sacs à la manière d’un architecte. Ouverte aux nouvelles collaborations, taraudée par un devoir de transmission et l’envie de réhabiliter un métier en voie de disparition, Chris fera, au fil du temps, de son atelier L’Antre-Peaux un lieu d’échange qui sert à la fois de boutique, de galerie, et même d’espace de formation afin que perdure le métier de maroquinier!

C’est quoi ?
Des sacs, des portefeuilles, des ceintures, des pochettes, des porte-clés ou des porte-monnaie, les supports ne manquent pas à Chris Murner pour exprimer la palette de sa créativité. Les pièces sont uniques, le travail extrêmement soigné et derrière chaque collection se cache bien souvent une histoire. «La ville est dans le sac» illumine ainsi les buildings new-yorkais à la tombée de la nuit grâce à un ingénieux système de led caché, «Le Sac’re du printemps» renoue avec une certaine forme de poésie à travers le trait naïf d’un illustrateur, tandis que «Swiss Recycling Art Bags» transforme, bien avant l’heure, des bâches en sacs à main.

C’est où ?
En vente à l’atelier-boutique L’Antre-Peaux, rue Ancienne 43 à Carouge, lundi de 13h30 à 19h, mardi à vendredi de 10h à 19h, samedi de 10h à 17h. Tel.: 022 342 72 25.
En e-shop sur le site: www.chrismurner.ch


PORTRAIT EXPRESS
Carbure à toutes les gourmandises. Eclate de rire quand la maladresse entre en scèneA très peur de perdre la mémoire. Milite pour le développement durable. Déteste les fainéants. Est légèrement coquette. Se laisse facilement envahir par ses idées. N’a jamais fait tatouer son propre cuir. Adore faire des trekkings.

Leave your Comments