Ouste les microbes!

Pièce par pièce, on débusque et on élimine les nuisibles (même les mieux planqués) pour une maison plus saine et plus sûre.

La salle de bains
Le pommeau de douche. Un tiers des pommeaux de douche seraient contaminés par des bactéries comme Mycobacterium avium, pas terribles pour notre gorge et nos poumons. Lorsqu’on ouvre l’eau, les germes sont projetés dans l’air, peuvent être inhalés et provoquer des troubles respiratoires. Le tartre, lui, favorise la prolifération de la légionnelle à l’origine de pneumonies parfois mortelles. La parade: toujours faire couler l’eau quelques secondes avant de boire ou de se laver. Détartrer régulièrement le pommeau avec du vinaigre blanc (tous les mois ou plus souvent si nécessaire).
La cuvette des toilettes. La chasse peut projeter des microgouttes d’eau contaminées par des matières fécales dans toute la pièce. La parade: fermer la cuvette. Surtout si les toilettes sont dans la salle de bains, à proximité du lavabo et de notre brosse à dents.
La serviette de bain. C’est un hôtel 5* pour les champignons: de l’humidité, des petits bouts de peau, des résidus de savon. La parade : choisir une serviette à poils courts qui sèche plus vite, ne pas la trimballer d’une pièce à l’autre pour éviter de répandre les éventuelles moisissures et leurs spores. On la lave idéalement tous les deux/trois jours.

La cuisine
L’évier. Un tiers des intoxications alimentaires sont dues à des erreurs d’hygiène au moment de préparer les repas à la maison. «Le poulet, par exemple, renferme des Campylobacter, des bactéries à l’origine de diarrhées. Elles sont détruites à la cuisson mais, en lavant le poulet, on risque d’en projeter sur d’autres aliments (la salade par exemple) ou le plan de travail qui seront alors souillés», avertit le Dr Squinazi. La parade: nettoyer les ustensiles à l’eau et au savon entre chaque aliment et, surtout, se laver les mains avant et après chaque manipulation (on pense à frotter autour des ongles, entre les doigts et au niveau des poignets).
L’éponge. C’est un buffet à volonté pour les germes avec, en prime, un environnement toujours humide qui leur permet de se développer à grande vitesse. La parade: prendre une éponge différente pour la vaisselle et pour le ménage. Les changer régulièrement (elles ne doivent jamais «sentir») et laisser sécher entre deux usages. Pour se débarrasser des microbes, on imbibe l’éponge d’eau et on la passe 1 min au micro-ondes.
La planche à découper. Dès qu’elle est rayée, les bactéries se nichent dans les fissures et ne peuvent plus être délogées. Gare à l’intoxication alimentaire! La parade: on la jette dès les premières traces d’usure. Ou on la ponce si on a choisi une planche en bois (plus résistante en général). On la rince à l’eau et au savon entre chaque aliment.

La chambre
Le matelas. Chaud et humide, c’est le principal nid des acariens qui se régalent des petits bouts de peau qu’on perd au cours de la nuit. Si l’idée de vivre avec ces bestioles n’est déjà pas réjouissante, on doit en plus se méfier de leurs déjections allergisantes pour 20% d’entre nous (rhinite, asthme,..). Beurk! La parade: les acariens détestent le froid. On les dégomme alors en aérant dès le réveil, on ne refait pas le lit immédiatement pour les empêcher de se réchauffer sous notre couette et on passe l’aspirateur sur le matelas dès qu’on change les draps.
L’oreiller. Lui, également, est bourré d’acariens qui apprécient son moelleux et sa douce chaleur (comme nous d’ailleurs). La parade: mettre l’oreiller (ou les peluches) au congélateur, ça marche? «Ça tue les acariens, mais ça n’enlève pas les excréments qui sont à l’origine des allergies. Mieux vaut les passer à la machine à laver», conseille le Dr Squinazi.
Les lunettes. Si on pense à nettoyer les verres, on ne lave jamais les montures. A tort! Environ 15% des binocles transportent au moins une bactérie (staphylocoque doré, La chambre Escherichia coli…) qui ne rend pas forcément malade le porteur, mais qui passe sur les mains et peut contaminer les plus fragiles (enfants, personnes âgées…). La parade: les rincer à l’eau régulièrement. Tout simple mais efficace.

Le salon
Le smartphone. On passe notre journée à le tripoter, avec les mains pas toujours propres. Bilan: c’est un véritable bouillon de culture (staphylocoques, Escherichia coli, streptocoques…) qu’on colle à notre oreille. La parade: un coup de lingette désinfectante tous les soirs. Et on évite de l’apporter à table pour que ses microbes ne s’invitent pas dans notre assiette.
Les bibelots. Ils attirent la poussière comme des aimants. Dans celle-ci, il y a des acariens, des allergènes et même du plomb pour peu que nos peintures ne soient pas très récentes. La parade: capturer la poussière avec un chiffon humide et surtout pas avec un linge sec ou un plumeau qui déplace environ 30% des saletés et les remet en suspension dans l’air.
Les jouets du chien. L’animal les emporte partout et les rapporte avec des bactéries telles que des staphylocoques mais aussi des moisissures. La parade: on met peluches et jouets souples dans la machine toutes les semaines et on laisse tremper balle de tennis et autres objets «durs» dans de l’eau et du savon. On se lave bien les mains après chaque manipulation.

Leave your Comments