Un plongeon en pleine nature

La Maison de la Rivière, qui a ouvert ses portes au public en mai 2015, propose une approche à dimension écologique inédite et multidisciplinaire. Située au pied du Boiron de Morges, à deux pas des rives du Léman, ce lieu navigue entre projets de recherche, valorisation du patrimoine tant naturel que culturel et sensibilisation du grand public. Soutenue par la Loterie Romande, la Maison, qui a déjà accueilli plus de 10 000 visiteurs, est à découvrir sans tarder.

Albertine Roulet
chargée de communication
«Biologiste avant tout, mon amour de l’écologie aquatique m’a conduite à travailler ici. En faisant des sorties nature, je me suis rendue compte que les gens sont très curieux de leur environnement d’où l’intérêt de leur montrer des choses qu’ils ont sous leur nez et qu’ils ne connaissent pas vraiment. Il est magnifique de pouvoir ouvrir les yeux du public aux merveilles de la nature qui sont à côté de chez nous et d’essayer de le sensibiliser à leur fragilité et à leur beauté. Et pour ça, cette maison est un outil idéal. Centre de compétence pour la renaturation et la vie des milieux aquatiques, l’une de nos missions principales est la recherche. Elle est ici appliquée et fondamentale puisque cette institution est associée à la fois à l’Université de Lausanne et à la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève. Plus de 35 étudiants ont d’ailleurs pu poursuivre leurs travaux de Master dans nos locaux. Autre pilier, l’accueil avec une exposition permanente dont un des clous est le sous-marin FA-Forel légué par Jacques Piccard, les aquariums extérieurs pour découvrir la faune locale de nos milieux humides et, unique en Suisse, notre canal didactique. Ce centre est un véritable carrefour, il s’adresse à tous, du chercheur aux familles, en passant par les pêcheurs, les écoliers et les étudiants. Nous vous attendons!»

Aurélie Rubin
chercheuse associée
«Nous menons plusieurs projets de recherche autour de la renaturation des rivières. En Suisse, depuis des décennies, la politique est au repeuplement: on élève des poissons en pisciculture et, une fois qu’ils ont la taille requise, ils sont mis à l’eau. Or, si une rivière est polluée, ce n’est pas parce qu’on remet des poissons que ça change la situation. Notre postulat est qu’il faut agir sur le milieu pour que les poissons reviennent naturellement et nos recherches tentent de le prouver scientifiquement. De plus, la renaturation est un principe beaucoup plus durable: il porte sur l’amélioration de la qualité de l’eau et de la morphologie de la rivière, afin par exemple de favoriser des caches pour la fraie des poissons. Du moment que le milieu est favorable, il ne sert à rien de repeupler. Par contre, la qualité de l’eau dépend aussi de nos comportements de citoyen: nous pouvons chacun éviter les pollutions en ne rejetant pas l’eau chlorée de nos piscines dans les rivières et en maîtrisant l’utilisation de pesticides dans nos potagers car ils se retrouvent ensuite dans les cours d’eau. Respecter l’environnement et donc les rivières est l’affaire de tous et notre Maison de la Rivière y contribue.»

Toutes les informations sur :
www.maisondelariviere.ch

Leave your Comments