Spécial Mamans – Cellules souches: un must absolu

Devenir maman, quoi de plus beau? Et pourtant, dès la grossesse les questions sur la santé du bébé nous assaillent, telles que: pour le prémunir face à de futures maladies, devrais-je prélever des cellules souches sur son cordon ombilical? Une démarche que toute mère devrait entreprendre. Interview avec une maman qui a fait le pas auprès du centre Nescens et qui n’est autre que la célèbre présentatrice de la télévision suisse, Tamara Sedmak.

Sa petite Jasmin n’est âgée que de quelques semaines et pourtant Tamara Sedmak est radieuse et particulièrement enthousiaste à l’idée de parler des cellules souches: «Que peut-on faire de mieux pour son enfant?» Coqueluche du monde médiatique suisse depuis plus de quinze ans et polyglotte, la jeune journaliste est sur tous les fronts: présentatrice TV pour les festivals de Cannes, Venise ou Locarno – sans oublier les Oscars –, elle est aussi modératrice, par exemple pour la FIFA, et collabore régulièrement auprès de chaînes TV telles que SAT1, n-tv, N24, Sky, SSF, etc. En Suisse romande, elle donne le la du Bal de la Croix- Rouge, du Salon de l’Auto et du prix Veuve Clicquot. Cette diplômée en économie, communication et neuropsychologie rêvait pourtant d’être… pédiatre! On comprend dès lors sa passion pour les sujets médicaux!

Nescens, sinon rien
A la question de savoir pourquoi elle a décidé de faire prélever des cellules souches sur son bébé auprès du centre Nescens, elle répond avec conviction: «Dès que je suis tombée enceinte, j’étais déterminée à le faire. Ces cellules permettent déjà de soigner et guérir plus de 70 pathologies, sans compter les recherches actuelles. Evidemment, cela a un coût, mais si on le ramène à une dépense journalière sur une vie c’est insignifiant. Et je pense que toutes les mamans souhaitent le meilleur pour leur enfant. A quoi bon acheter des vêtements hors de prix trop justes au bout de quelques mois alors que l’on peut sauver sa vie en cas de maladie, comme la leucémie, grâce à cette technique? C’est pour moi le meilleur des investissements pour le futur.»

Concrètement, comment cela se passe-t-il?
On prélève le sang du cordon ombilical séparé du bébé, donc sans aucun danger pour celui-ci, il ne souffre aucunement. Le sang est alors conservé dans une banque, la Swiss Stem Cell Bank. A souligner que le procédé est très encadré en Suisse, la loi y est très stricte. Peu de sociétés en Suisse sont autorisées à pratiquer ces prélèvements. «J’ai fait mes recherches et analysé les informations sur chacune d’entre elles, vérifié quels types d’accréditations chacune détenait, consulté un nombre incroyable de médecins afin de déterminer quelle était la meilleure, etc. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi Nescens qui est sans conteste la plus professionnelle. Je ne peux que la recommander à tous les parents. D’ailleurs, lorsque j’ai accouché à la remarquable Privatklinik Bethanien de Zurich, extrêmement bien prise en charge par le Dr Felix Hammer et son équipe, prélever des cellules fut d’une facilité absolue. Loin d’être réservé. Prélever des cellules souches ne doit pas être réservé aux familles aisées, c’est un devoir que chaque parent devrait assumer vis-à-vis de son enfant.»


En savoir plus: www.nescens.ch, www.klinikbethanien.ch


La thématique des cellules souches est relativement récente. Pensez, c’est seulement en 2012 que le prix Nobel de médecine a été attribué à J. Gurdon et S. Yamanaka pour leurs recherches sur le sujet. Le potentiel dans ce domaine est donc immense, avec plus de 5000 essais cliniques en cours pour des applications en neurologie, endocrinologie, cardiologie et même orthopédie. Une véritable révolution médicale est en marche.

Leave your Comments