Belle sans rien faire

Offrir un résultat express, tel est le talent des nouveaux masques. Malins, ils multiplient les techniques pour faire bosser les actifs pendant qu’on se repose.

Pour embellir leur peau, Cléopâtre ou Marie- Antoinette s’enduisaient de cataplasmes d’ingrédients naturels qu’elles laissaient infuser. Aujourd’hui, les labos nous proposent une quantité de masques qui rivalisent d’ingéniosité. Leur valeur ajoutée? Combiner des ingrédients qui n’auraient pas pu cohabiter dans une crème et diffuser leur forte dose d’actifs dans toutes les couches de la peau. En peel-off façon aimant, ils captent les cellules mortes et dégrisent la mine. En crème, leurs textures nourrissantes assurent en prime un effet cocooning. En tissu, inspirés par les rituels beauté des Coréennes, ils agissent comme un pansement imbibé de sérum pour regonfler les tissus. Ils offrent tous un vrai coup d’éclat en 15 min. et sans mettre un pied en institut.

Un regard plus frais sans bouger un cil
Pourquoi… là? Pauvre en glandes sébacées, ultrasollicitée (près de 10000 battements de cils par jour!), particulièrement fine (3 à 5 fois plus que celle du visage), la peau du contour de l’oeil est la première à marquer mode de vie et signes du temps. Raison pour laquelle elle a besoin d’une protection rapprochée et de soins ciblés. Le must pour les moins adroites? Les patchs qui limitent le risque de faire déborder le produit dans l’oeil. Pour qui, pour quoi? «Pour les poches, liées à un problème de drainage, on vise la caféine, pour les cernes, le ginkgo biloba, et, pour les pattes-d’oie, la centella asiatica», rappelle Lionel de Benetti, ingénieur cosmétologue et consultant Kiehl’s. Le bon timing? «Si les masques sont très efficaces de façon ponctuelle, c’est la régularité qui, vraiment, paye», souligne Dominique Evrard, Formatrice Pédagogue Lancôme. Donc, une ou deux fois par semaine, on fait poser son contour des yeux sous ces concentrés de bienfaits «quitte à les laisser reposer au frais avant l’application pour assurer un effet encore plus décongestionnant». L’astuce en plus: une fois le masque/ patch ôté, on tapote du bout des doigts pour faire pénétrer le surplus de produit. Le bon geste: en mouvements de lissage, sur la paupière inférieure, puis supérieure, du coin interne des yeux vers l’extérieur.

Visage: des masques de plus en plus ciblés
Pourquoi on y croit? «Semiocclusifs par excellence (ils font barrière entre la peau et l’environnement extérieur), les masques vont plus loin qu’une simple crème car ils permettent d’injecter une plus forte dose de principes actifs», rappelle Lionel de Benetti. Des actifs qui, en outre, pénètrent mieux: l’évaporation naturelle étant bloquée sous le masque, l’épiderme se gorge d’eau et, perméable, devient alors beaucoup plus réceptif. Veilleurs de nuit: deux fois par semaine, on troque sa crème de nuit habituelle contre un soin sleeping pack, à la texture gélifiée, quasi aqueuse et ultra-fraîche. Son but: chasser les signes de fatigue et promettre, au réveil, une peau plus douce, plus rebondie. Comme après 8h de sommeil, oui. Mode d’emploi: pour que le masque remplisse son contrat (lisser, détoxifier, apaiser, hydrater, purifier, etc.), on le fait précéder d’un gommage pour 1) éliminer les peaux mortes et 2) garantir une meilleure pénétration du soin suivant. Envie d’une performance accrue? On fond pour les petits nouveaux du moment: les masques de massage qui combinent shot d’actifs et gestes drainants et stimulants. L’astuce en plus: parce qu’un masque bien posé, c’est un masque à l’efficacité renforcée, Dominique Evrard conseille de s’allonger pendant le temps de pose «pour détendre les muscles du visage et éliminer les microcrispations». Autre alternative, optimiser son bain, «car les pores, ouverts, permettent une meilleure assimilation des soins».

Des lèvres pulpeuses et pour longtemps
C’est vraiment utile? Ces derniers mois, elles ont subi de plein fouet le cocktail froid/frimas particulièrement agressif pour leur peau surexposée. Hydrater ne suffit plus. Il faut donc doubler la dose côté soins et agir en surface (à l’aide de baumes) et en profondeur (avec des masques, garants d’une réparation plus intense). Repulper… comme en Corée: fraîchement débarqué du Pays du Matin calme, le masque pour les lèvres permet d’apporter une réponse express aux besoins de leur épiderme. Et si la majorité d’entre eux protège et apaise grâce à une batterie d’actifs hydratants et adoucissants, certains vont encore plus loin dans le soin et, truffés d’acide hyaluronique ou de collagène, assurent un résultat repulpant. Attention, cependant, leur effet est de courte durée… Le beauty planning: une ou deux fois par semaine, pendant 15 à 20 minutes, c’est le bon tempo pour prendre (encore plus et bien mieux) soin de cette zone un peu trop négligée. L’astuce en plus: pour conserver au maximum l’effet pulpy obtenu, on continue à appliquer régulièrement son baume. Et on triche avec le make-up! L’outil qui a tout bon: le gloss, dont la matière – à réflexion – va venir, par effet d’optique, redonner un nouveau volume à la lèvre.

Leave your Comments