J’aide mon ado à se refaire une beauté

Transpiration naissante ou abondante, cheveux gras, flopée de boutons… Le grand chamboulement hormonal complexe nos (ex-petits) anges. Conseils de pros pour les aider à adopter cette nouvelle peau.

Acné: la guerre est déclarée
Avec l’adolescence (surtout chez les filles), les deux millions de glandes qui produisent le sébum protecteur de la peau s’agitent. Stimulées par les hormones, leur taille et leur sécrétion augmentent. Elles sont très nombreuses sur le cuir chevelu, la ligne médiane du visage, le torse et le haut du dos, il y en a ainsi 400 sur le front, le nez et menton, et les boutons se multiplient particulièrement dans ces zones. Quoi dire? On ne minimise pas le drame (c’en est un, rappelez-vous quand vous aviez son âge). On l’emmène chez le dermato qui prescrira un traitement et préconisera des soins adaptés pour ne pas aggraver l’inflammation. Le temps que ça passe, on la laisse se maquiller comme une voiture volée: «Masquer ses lésions ou ses traces d’acné l’aide à patienter, évite des manipulations intempestives et n’induit pas de poussée de boutons», rassure le Dr Nadine Pomarède, dermatologue.
Mauvaise idée : les orgies de sucre (lire encadré), triturer ses comédons et décaper sa peau à l’alcool! «Les ados acnéiques ont soit une hygiène excessive qui conduit à une déshydratation cutanée et une mauvaise tolérance aux traitements locaux, soit une routine de soins insuffisante», précise la spécialiste.
Bonne pioche: un gel ou une crème moussante pour peaux à tendance acnéique, ou une eau micellaire enrichie en zinc et cuivre matin et soir. Et rincer systématiquement avec une eau thermale (même pour les produits dits «sans rinçage»). A compléter d’une crème type pour peaux jeunes à problème. Pour se maquiller sans bourgeonner, elle aura besoin d’un fond de teint ou d’un stick correcteur spécifique, non acnégène et non comédogène.
Le bon shopping: la Mousse Nettoyante bio et girlie de Lady Green; le Gel Moussant sans savon Sébium de Bioderma; l’Eau Serozinc assainissante et apaisante de La Roche-Posay; le Gel SOS anti-boutons bio à base de zinc et de menthe de Lavera.

Transpiration: stop aux odeurs qui les font suer!
La bonne nouvelle: ils bougent non stop (sport, danse…) et c’est bon pour leur santé. La mauvaise? Ils sont nombreux, entre 8 et 12 ans, à estimer que se laver est une perte de temps. Jusqu’à la puberté car, à ce moment, de nouvelles glandes sudoripares, dites apocrines, produisent plus de sueur. Les bactéries présentes sur la peau prolifèrent sous les aisselles et laissent derrière elles un sillage asphyxiant.
Quoi dire? Transpirer n’est pas «dégueu», c’est indispensable pour évacuer les toxines et réguler notre température corporelle. Mais l’hygiène n’est pas une option – contrairement au gel sur les cheveux ou le vernis à ongles!
Mauvaise idée: le gel douche avec une liste d’ingrédients longue comme le bras, parmi lesquels des conservateurs de synthèse (phénoxyéthanol, methylisothiazolinone) irritants, des tensioactifs (sodium laureth sulfate) desséchants, des colorants en pagaille et des phtalates qui servent à fixer des parfums exotiques (type tarte aux fraises). On lui suggère d’éviter l’excès de déo qui ne sert à rien et l’artillerie lourde, les anti-transpirants, qui bouchent les pores de la peau et contiennent des sels d’aluminium synthétiques (aluminium chloride, chlorydrate d’aluminium). Au passage, l’Agence nationale de sécurité des médicaments déconseille leur usage sur une peau épilée ou rasée.
Bonne pioche: les gels douche avec peu d’ingrédients. La bonne formule? Eau + tensioactifs doux + huiles végétales riches en acide gras, les plus proches possible du «ciment cellulaire» de la peau + peu de parfum. Côté déo, on choisit de préférence du bio à base de bicarbonate de soude, d’eaux florales et d’extraits naturels de plantes.
Le bon shopping: la Crème de Douche corps et cheveux enfants Citron vert pétillant ou Vanille douce ou Orange fruitée de Weleda; le roll-on sans sels d’aluminium, aux extraits de bambou, de menthe et d’agrumes de Toofruit (www.pro-cosmet.ch).

Cheveux: opération anti-gras
Comme pour les boutons, ce sont les glandes sébacées boostées par les hormones qui sont à l’origine des cheveux couverts de sébum.
Quoi dire? Surtout pas «plus on les lave, plus vite ils regraissent» ou «arrête de te passer la main dans les cheveux», qui ne l’aidera pas, notamment si on l’appelle «la friteuse» à l’école… Mieux vaut agir que parler.
Mauvaise idée: les rincer à l’eau brûlante et abuser du sèchecheveux à température maximale, qui agresse et fait surréagir le cuir chevelu.
Bonne pioche: un shampooing doux sans silicone, ni sulfates, pour lavages fréquents, à alterner une fois par semaine avec un shampooing traitant.
Le bon shopping: le Shampooing purifiant de Nivea.

Epilation: l’obsession du poil commence
Le mot puberté vient du latin pubes = poils. Avant-bras, jambes, aisselles… Tout change et tout les dérange. Voilà pourquoi on trouve des jeunes filles en manches longues par 30 °C et des garçons avec trois poils sur la lèvre supérieure qui bombent le torse.
Quoi dire? Que c’est bon signe, que ça veut dire qu’elle(il) grandit. Si elle souffre d’hyperpilosité, on lui conseille des solutions pour temporiser: il faut patienter au moins deux ans après que les règles sont régulières pour envisager une épilation au laser. Tant que les poils sont blonds, ça ne marche pas, et c’est carrément impossible sur les sourcils.
Mauvaise idée: la laisser piquer le rasoir de son père, c’est la repousse drue assurée… Et la crème dépilatoire sur les sourcils: gare au contour de l’oeil! Alors, pour éviter les actions intempestives, on laisse ostensiblement traîner notre pince à épiler.
Bonne pioche: si on ne respecte pas quelques précautions de base, la crème dépilatoire irrite et l’épilateur électrique est douloureux. On ne la laisse pas se débattre seule avec ces outils barbares et on l’oriente vers les bandes de cire froide, à base de résine sans sucre, faciles à appliquer, efficaces et très peu allergisantes.
Le bon shopping: bandes de cire Veet.


LA MALBOUFFE N’AURA PAS LEUR PEAU
Les bonbecs sont-ils à l’origine des boutons? «Oui, entre autres», répond Nadine Pomarède. De nombreuses études mettent en cause les sucres rapides et les graisses saturées (charcuteries notamment) dans l’augmentation et la rétention du sébum. «Quand on les supprime, les patients présentent moins de poussées inflammatoires, avec une diminution de la taille des glandes sébacées et moins de sébum fabriqué.»


VERNIS, GLOSS, LA BEAUTÉ SANS RISQUE
Pour les plus jeunes, les kits de vernis à ongles à base d’eau sans solvant s’enlèvent rapidement comme des autocollants. Pour les ados, on privilégie les formules les moins nocives, sans résine de formaldéhyde, phtalates, toluène, camphre… Et comme elle mange autant de rouge à lèvres qu’elle en met, on privilégie les formules naturelles, sans huiles minérales ni silicone: Baume Bisou Doux Mademoiselle, à partir de 3 ans, de Toofruit (www. pro-cosmet.ch). Pour les ados: Soin des Lèvres teinté nude, rosé ou framboise de Weleda.

Leave your Comments